Le premier roman
de Teaki Dupont

Teaki Dupont publie son premier roman intitulé « Les culottes du dimanche » et participe également, avec cet ouvrage, au concours des Plumes francophones 2017.

Teaki Dupont-Teikivaeoho – membre de l’association « TIARE GUIDELOIS » – a profité de sa participation au concours Les plumes francophones pour dévoiler au public son premier roman Les culottes du dimanche.
Le projet
« Quand tu écriras un livre, tu l’appelleras Les culottes du dimanche ». Le titre énigmatique du premier roman de Teaki Dupont-Teikivaeoho est, au départ, un secret partagé avec sa mère.
Tout a commencé, en effet, par ces quelques mots de sa maman. « J’ai accepté ce défi que ma mère me proposait et j’ai écrit ce titre en tête de récit comme l’on décide de poser la proue du bateau avant la coque. Qu’importe si je ne décelais pas tout de suite le sens de mon titre. C’était un secret entre ma mère et moi, une forme de complicité. Personne, à part elle, ne savait que j’écrivais un livre et encore moins qu’il s’appellerait ainsi. J’ai donc accepté avec joie cette part d’inconnu comme l’on part en voyage et j’ai commencé à creuser mon histoire comme l’on creuse un tunnel dans le sable. »
Un récit romancé
« J’ai pensé aux photos de mes parents,
 poursuit-elle. J’ai eu envie de retrouver mon enfance. Si cette histoire est romancée, tout est inspiré de ma vie et des personnes que je côtoie. Je voulais commenter les images de mon père comme l’on consigne des bagages. Marquer chaque écho de voyage, revoir l’enfance dans son regard, l’aimer encore. J’ai pris les traits d’Ella, l’enfant des Marquises qui aspire à retrouver son père et à découvrir ses secrets ».
Elle nous livre le récit étonnant de son enfance sans frontière des îles Marquises en Afrique, d’Asie au Moyen Orient, de l’île de Ré en Bretagne. Un voyage au fil des mots et des paysages qui nous emmène loin du quotidien et de ses certitudes.
Teaki, connue des Plœmeurois en tant que femme politique, écrit en fait depuis longtemps. Elle écrit des récits de voyages intérieurs ou géographiques.
Écrire, une forme de voyage
Elle se caractérise comme une « nomade de la pensée »« En écrivant, je me recentre,explique-t-elle. Je prends du recul par rapport à mon environnement et j’en restitue mes sensations et convictions. J’écris aussi pour garder et exprimer la conscience des moments vécus. »
Moins prise par ses fonctions d’élue durant l’été, elle opte pour une l’écriture matinale. « Après l’édition de ce premier livre, confie-t-elle, j’ai le sentiment d’ouvrir une partie de mon jardin secret et d’avoir également refermé une parenthèse enchantée. Mais il y aura très vite d’autres livres, d’autres parenthèses. J’en ai besoin ! »
Les culottes du dimanche de Teaki Dupont-Teikivaeoho. Achat en ligne sur https ://www.amazon.fr ► 2.9€ la version numérique sur iBook ou 16€ la version papier – Une édition classique est envisagée à l’issue du concours des plumes francophones. Le livre devrait être disponible, à termes, en librairie.